Anniversaire d’Etienne

2 mars 2013 at 1 h 37 min

Recette de Anniversaire d'Etienne

Recette: Anniversaire d’Etienne

Résumé: Je vais vous conter une histoire qui s’est passée en l’an 2011, au fin fond de la Haute-Saône à quelques mètres des Vosges. C’était une soirée passée sous une tonne d’eau, dans la forêt du ballon de Servance. L’anniversaire d’un ami Etienne, il a toujours un truc, un machin, toujours une solution techniques à nos problèmes, c’est un peu notre Géotrouvetout. Lorsqu’ il nous a annoncé qu’il organisait son anniversaire 6 mois à l’avance, nous étions un peu sidérés. Mais lorsqu’il nous a dit qu’il avait choisi une soirée à thème. Nous avons pris peur et franchement nous nous sommes demandés à quelle sauce nous allions être mangés. Malin comme un vieux renard, il n’a pas lâché de suite son info. Soirée Préhistorique, et bien c’est malin, nous qui entre amis l’appelions « L’homme de Cro-Magnon », voilà une soirée qui va se terminer à coup de massue. Nous aurions pu penser que le ciel allait nous tomber sur la tête mais le thème n’était pas Gaulois. Nous sommes donc arrivés un samedi en fin d’après midi avec un timide soleil, mais soleil présent. J’étais pas très chaud j’allais retrouver mon ex et mon ex, d’un autre côté la femme à la Préhistoire n’avait pas grand-chose à dire, voilà une piètre consolation, mais consolation. Dès notre arrivée nous avons été frappé par le nombre de véhicules motorisés stationnés ici et là, le long de la route, sous les bois. Un feu brillait au centre de cette nouvelle carrière qu’Etienne avait préparé toute l’année, au moins nous serions tranquille puisque personne au pays ne connaissait ce nouveau lieu de débauche et de fête. Tout de suite des personnes vêtues de peau de bête sont venues nous embrasser, certains étaient plutôt inquiétants, j’ai pris de suite la main de ma fille et lui demandé de rester proche de moi. Deux marmites en cuivre souffraient sous un feu bien nourri, pendu par un trépied. Des légumes et du jus cuisaient à grosses bulles, nous apprîmes par la suite que l’un était un pot au feu de chevreuil, j’en ai pris deux fois et l’autre une goulache hongroise, pays cher à notre ami Etienne, j’en ai pris deux fois. Franchement, ils sont fous ces deux là, recevoir dans de telles conditions et réussir leur pari car les deux marmites étaient excellentes.

Bravo Hélène et Etienne.

Vous aimerez peut être ces recettes...

1 Comment

  • Tu as des amis formidables, Pascal, des amis plein de rêves, plein de richesse intérieure loin des artifices à la mode. Quel soirée ! Bien cordialement

Leave a reply

required

required

optional